13 avril 2013

Pia pia pia, the Legend of Zelda, la geekerie d'un point de vue féminin et autre tralala...




Ou comment j'ai failli finir Geek... mais ! Cela ne s'est pas produit.

Après avoir terminé ce long (et pénible sur la fin des 8h de taff !) dessin art nouveau de la Princesse Zelda, j'ai décidé pour une fois de me dévoiler un petit peu sur mes goûts, parce que je vous montre beaucoup de choses diverses mais pas vraiment à mon propos, je considère mal le fait d'étaler ma vie sur la toile contrairement à ma période d'adolescente ou je papotais un peu trop sur tout et rien. Mais bon cette fois ci je vais faire exception.
D'accord, si ce jeu me transcende au point d'en parler ici vous allez de suite capter que ça ne va pas être un article 100% féminin, j'espère juste que ça ne va pas être barbant pour vous mesdemoiselles (les pas gameuses en tout cas) ! Pour agrémenter le tout, je vous ai sorti plein de vieilleries, des dessins qui datent parfois de 2009... Enjoy !






J'avais 7 ans quand ce jeu mythique est arrivé dans mes mains. Je venais à peine d'avoir la Nintendo 64, je ne suis pas assez vieille pour avoir joué à la SEGA et je suis fille unique donc pas de grand frère plus âgé pour m'entraîner dans le jeu. Mon amour est donc allé à l'encontre des lovers de Final Fantasy et s'est porté sur le héros / nabot vert qui allait trotter avec sa fée et son épée pendant pas mal d'autres jeux jusqu'à nos jours (et pas une ride le sale gosse, au final ça doit vraiment être un kokiri, il a juste pas voulu nous le dire et a pris des hormones de croissance !).



Bien entendu, avant, c'était la période Game Boy, j'avais une pocket noir et blanc de couleur argentée, je me faisais lyncher parce qu'elle était pas en couleur, et de nos jours je dois dire que certes ils avaient un truc en couleur mais le boitier était plus gros et que j'avais l'air sacrément moins con avec ma GB portative, ha ha !




Bref. J'ai donc découvert la 3D avec mon ami Mario sur N64. J'y ai tellement joué que même ma mère reconnait les yeux fermés certains sons, comme les pièces ou la background music... Tant que j'avais des bonnes notes on me laissait jouer. Quand j'avais pas fait mes devoirs on me menaçait de débrancher en pleine partie alors que je cassais la gueule à Browser et que j'avais mis 3h à monter en haut des plates formes à travers la lave, ainsi donc je suppliais pour pouvoir l'achever au plus vite. Et quand mon bulletin était bon (ce qui était souvent le cas...), j'avais un LEVEL BONUS et on allait au Micromania du coin.




Oh la la le Micromania. La boutique était minuscule, mais comme j'étais un rase motte j'avais l'impression d'être sur la plaine d'Hyrule. Au final, ce jour là, je ne savais pas trop sur quel jeu porter mon choix, à cette époque y'en avait peu comparé aux énormes rayons qu'on trouve désormais partout. C'est pourquoi mon père est allé demander conseils au vendeur pendant que je regardais un mec jouer à Tekken ou Street Fighter dans le jeu à disposition. Ce jour là, je crois que je m'en rappelle pour deux choses. L'achat de ce jeu avec la dernière lettre de l'alphabet qui me suit depuis 13 ans, mais aussi parce que le Tekken guy m'a proposé de jouer contre lui et que je lui ai foutu la raclée de sa vie. Mais mince, j'ai encore rien compris comment j'avais fait ça, j'ai juste capté que j'étais contente de gagner et que le monsieur faisait une drôle de tête... Hello, 7 years old geek inside, j'ai poutré ton karateka, désolée. Mon père m'a appelée, il était mort de rire, le tekken guy un peu moins, et là je l'ai eu, la box noire et dorée dans les mains.




J'ai feuilleté 70 fois la notice en lorgnant sur les artworks parsemés dedans alors qu'on était encore que dans la voiture. Pour la première fois je ne me suis pas jetée comme une rapiat sur la console sans lire la paperasse adéquate, (non, ça je l'ai fait après) j'ai lu le mode d'emploi. Et s'en est suivi un nombre de parties que j'ai arrêté de compter. Link, alors que je me pensais la queen du gamepad, s'est appelé au moins 3 fois CAMI - Camille ou Cam, une fois PAPA parce que mon père voulait aussi y jouer, une fois également Zelda parce que j'avais envie de voir si Zelda (la vraie) réagissait en lui disant "oh, mais j'ai le même prénom !" (oui, enfant on aime les choses simples n'est ce pas.), et après j'ai, je pense, arrêté de le torturer.

Une fois, un ami du padre m'avait prêté Majora's Mask, toutes les parties jouables occupées. J'en ai pris une au pif, qui était bien avancée, j'y comprenait rien du tout, mais de voir le nabot se transformer m'a transcendée. Quand j'y ai rejoué il y a quelques années, j'ai pleuré comme une madeleine. Quand après une soirée au petit matin, Hachi m'a sorti le tout nouveau Twilight Princess, sur un écran qui faisait la taille d'une baie vitrée, j'ai aussi pleuré. Dingue, je sais.



Et puis bon, avec le temps, je suis rentrée au lycée, j'ai dessiné toujours plus, j'ai laissé un peu le gaming parce que les nouveautés et les consoles sortaient à un rythme effrené, et que je savais laquelle de ma passion première j'avais choisie. J'avais une PS2 et tout le monde parlait XBOX, Wii ou PS3. Mais je n'ai jamais vendu la N64. Elle est de nouveau branchée à la télé, et j'attends de rentrer à Toulouse pour faire chauffer la bête. (oui, j'ai un émulateur, mais jouer à la vraie bestiole c'est carrément plus cool.)







Mais pourquoi forcément ce jeu, pourquoi une fixette sur celui là ? J'en sais trop rien, y'a des fées, des mondes, des gosses importants et des adultes un peu paumés, des peuples qui n'existent pas et une possibilité de nouvelles aventures HORS de la carte sur laquelle tu peux jouer (mais pour ça faut attendre les nouveaux opus, d'où mon intérêt énorme pour Majora's Mask.). Des mini jeux pour t'aérer la tête, des musiques qui restent en tête (à jouer au collège à la flûte, si si c'est drôle...), des tenues et des accessoires aussi gros que le perso lui même mais qu'il range on ne sait pas où, beaucoup de nanas à sauver mais une seule qui va se déguiser pour éviter que tu la reconnaisses, et bien entendu un méchant qui a une gueule de méchant avec un nom de méchant et un destrier de méchant.
Et le pire, quand la suite est lancée, c'est que plein de personnages sont là aussi, même design mais pas la même fonction. C'est comme si tu te sentais rassuré avec les sosies de tes potes. Forcément à force de jouer on commence à les connaître les tirades...!





De nos jours au final, je ne me considère qu'un tiers geek. Je ne suis pas vraiment au courant de ce qui se fait en gaming, je reste sur des bases de jeu que je connais, je teste parfois ce qu'on me conseille. Mais voir quelqu'un jouer ne me dérange pas vraiment. La violence dont on parle dans les jeux vidéos et qu'on étale dans les journaux me parait aberrante. Enfant, je ne me suis parfois pas douchée du dimanche parce que j'étais scotchée à la console. Et je n'ai pas joué qu'à ce genre de jeu très féérique comme Zelda. Entre la Jet Force Gemini , Jack, Ratchet et Clank et beaucoup d'autres, c'est pas comme si mon domaine de prédilection était les SIMS. A l'âge de 10 ans, le jeu vidéo American McGee's Alice a attiré mon regard dans le rayon, ma mère a bien évidemment refusé qu'on l'achète. A 18 ans j'ai repensé à mettre la patte dessus et c'est un jeu que je trouve absolument fantastique. Mais en aucun cas je vais aller m'amuser à tirer sur des gens dans un cinéma... Je pense qu'il persiste une image trop réfractaire du jeu vidéo en France...




Et à l'inverse, l'article de blog que j'ai lu sur le masochisme dans le jeu vidéo m'a sidérée. Je savais son existence, mais à ce point ça m'a tuée. Certes, le syndrome de la fausse geekette n'a pas aidé, certaines tentent de s'approprier un mot qui a déjà assez dérivé pour montrer leur attrait à l'informatique. Mais ce n'est pas en passant quelques heures sur l'ordi qu'on peut se considérer dans la sphère Geek, je ne m'y sens déjà pas à ma place, je me demande vraiment comment certaines peuvent s'y imaginer intègres alors que leur seul atome crochu à ce monde est le cosplay par exemple. Enfin, pour en revenir à l'image du jeu, certains mecs sont septiques (fosse. ha ha. pardon...) à l'idée qu'une fille puisse aller plus loin dans l'art du joystick qu'eux. Comme si à la préhistoire, Cromagnon ordonnait à Cromagnonne d'aller faire cueillette alors qu'elle vient de chopper un cerf et lui un pauvre lapin. On est pas si empotées que vous le dites messieurs... C'est à méditer !






Je me suis laissée emporter par mes mots, je suis désolée. Il est temps pour moi de vous laisser face à cet article plus vraiment vierge pour aller rejoindre mon oreiller. Parfois, je rêve même du monde de Zelda...



7 commentaires:

  1. Ah Link, je kiffe ce bonhomme vert !
    Niveau game boy, j'ai eu la toute première et après je suis passé à la game boy color héhé (mais je l'est revendu snif...)
    Je l'aime bien cette article, au moins je me sens moins seule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que tu me le dises fait que je me sens aussi moins seule x)
      Dommage pour la GB ! =(

      Supprimer
  2. Rhaa ouiii Zelda!!
    J'aime beaucoup l'univers de ce jeu (féerie toussa toussa) mais je ne me lui jamais acheté...parce que je sais que si je me le prends, je rentrerai dans une phase de geekage aiguë irrémédiable =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais Zelda c'est très addictif...!
      D'ailleurs c'est aussi pour ça que je n'ai toujours pas acheté le Alice Madness Returns, je sens que si je le commande je vais passer mes nuits à geeker...!

      Supprimer
  3. Les filles jouent de plus en plus aux jeux vidéo. Des team Esport se montent ( sur le jeu LoL en priorité ). Ce que tu m'as dit m'a fait sourire. L'époque du collège, zelda tout ça. Moi aussi j'ai appellé mon Link Zelda xD Parce qu'au début je pensais que zelda c'était lui et pas elle...

    Les dessins sont très mimi même si j'les connaissaient tous, et la dernière zelda façon art nouveau miiam !

    Par contre je n'ai pas réellement apprécier Twilight Princess... J'ai bien aimé le dernier. En fait, je trouve que quand je tu joues trop à un jeu, que tu l'aimes comme une folle, les autres adaptation sont moyenne.. Parce que c'est notre enfance. J'ai une DS avec l'edition collector de la DS Zelda j'ai les jeux Zelda sur DS, je m'amuse bien mais ça s'arrête là. Mise à part OOT, aucun zelda ne m'a donné de frisson.. -.- Mais j'en reste pas moins fan !

    Voilà voilà :D

    RépondreSupprimer
  4. O-M-G! Tu ne peux pas savoir à quel point je suis en admiration, là *-* Tous ces dessins sont hypers canons of the dead!!!

    RépondreSupprimer
  5. Première fois que je passe sur ton blog et je vois du Zelda, je ne peux qu'aimer <3
    J'y joue sur émulateur parce que je n'ai plus aucune console, c'est vrai que c'est beaucoup moins bien (en plus, j'y joue au clavier..) mais ça reste un plaisir (si on prend pas en compte les légers soucis de sauvegardes et donc les boss a faire et refaire ^.^)

    Je ne sais pas si tu joues à des jeux en ligne, mais c'est vrai que c'est dur de s'y faire une place (c'est même souvent plus simple de laisser penser qu'on est un homme même quand on se pointe sur skype, mumble ou ts avec sa voix toute mignonne et qu'on nous sort qu'on utilise forcement logiciel).
    J'ai un peu de mal avec les cosplay, surtout quand je vois des cosplay très incomplets ou tiré de quelque chose qu'on ne connait absolument pas..

    Dans tout les cas c'est un article très intéressant et superbement bien illustré !
    (Je crois que mon Link n'a eu que des prénoms féminins..)

    RépondreSupprimer

Moi j'aime les petits mots ! ♥ Merci à ceux qui en laissent, ça fait plaisir !