26 août 2013

Maigrir ou être une pin-up, il faut choisir !





"On ne naît pas femme ; On le devient."

Simone de Beauvoir.



L'été se termine bientôt, et voici un nouveau "problème" typiquement féminin que j'ai décidé d'aborder : la quête de la minceur ! L'aspect pin-up cité dans le titre découlera plus tard...

Oui, je sais bien qu'il y a des messieurs qui perdent du poids, mais on ne va pas le nier : lorsque que nous ne pouvons plus rentrer dans le pantalon acheté le mois dernier, mesdames, on est les premières à baliser. On s'insulte, on s'auto-boude, on se demande comment on a pu faire en sorte de ne pas voir la naissance de cette excroissance disgracieuse sur notre corps qui est venue se greffer sur des endroits cruciaux : fesses, ventre, hanches, cuisses, (mais jamais dans la poitrine...) et que sais-je d'autre !

Mais ne nous blâmons pas aussi vite, j'ai là de quoi vous faire cogiter une fois de plus...

Cela fait plus d'un siècle que la bataille pour la minceur a été lancée. On sait tous via de nombreux tableaux et œuvres artistiques (je fais un lien avec le précédent article sur le tatouage en plus) que la minceur il y a quelques siècles était symbole de pauvreté. Pour bien prouver(planquez vos petits gosses, va y avoir du nu !)
son statut dans la société, il fallait être un minimum enrobé pour montrer que le buffet du midi était bien copieux et qu'on savait faire glousser ses bourrelets devant moult paysans affamés. Photos et preuves à l'appui :




Michel-Ange - La Sibylle Libyenne, Chapelle Sixtine - 1511.





Nicolas Poussin - L'inspiration du poète (détail) - 1630
& Le Triomphe de Neptune (détail) - 1634




Ingres - Le bain turc - 1862
& Madame Moitessier - 1856






Bouguereau - La jeune bergère - 1885
& La Perle - 1894

Ici la différence que je vous expliquais est flagrante.
La jeune fille de gauche, de famille dite donc "pauvre", est bel et bien plus maigre que celle de droite.


Elegy - 1899


 Les deux baigneuses - 1884




Alfons Mucha - Automne
& Améthyste
& Champagne. (XIXe)









Voilà donc de quoi se rafraîchir la mémoire : le canon de beauté d'antan, on va pas chipoter, les hommes préféraient vraiment les grosses ! (pas d'offense dans l'assemblée s'il vous plaît, je cite seulement !) Mais alors qu'est ce qu'il s'est passé, parce qu'à part Sissi l'impératrice (un article spécialement pour elle sera fait, j'expliquerai ça plus en détails.) personne n'eût idée d'aller faire le régime, du moins pas avant le 20e siècle.


Les historiens ont d'abord (très courtement certes mais ils l'ont fait !!) confondu le début de cette période d'éloge de la forme baguette de bambou avec la fin de la deuxième Guerre Mondiale. Hum hum.
Le premier à vraiment s'intéresser à cette évolution s'appelle Hillel Schwartz, américain, qui vit toujours actuellement en Californie. Pour ceux et celles que ça intéresse, son oeuvre majeure sur le sujet s'intitule Never Satisfied: A Cultural History of Diets, Fantasies and Fat.

Hillel a découvert qu'à l'époque de la Grèce Antique, la population pensait de base que nous n'avions pas tous la même constitution, qui variait en fonction de plusieurs critères : degré d'énergie, appétit, maintien, attitude. La constitution de n'importe quelle personne devait dépendre de tout cela, auquel cas si elle était ronde, elle ne pouvait pas se blâmer. On ne pouvait pas lui porter quelconques préjudices parce qu'elle était prédisposée à être enrobée.

C'était une manière non scientifique et assez fataliste de voir le corps humain.

Cette idée est malheureusement restée, puis lorsque Mendel fit avancer la génétique (Les lois de Mendel sont trois lois concernant les principes de l'hérédité biologique, énoncées par le moine et botaniste autrichien Gregor Mendel (1822-1884). En voici une, pour exemple : « cela correspond à la loi de pureté des gamètes : chaque gamète ne contient toujours qu'un seul facteur héréditaire pour un caractère donné (une seule version de chaque gène). ») et que la science le permettait, le corps médical s'est mis en tête de prouver par A + B qu'en effet cette fatalité morbide de constitution était complètement dépassée. Sauf que quand la tuberculose ravage le pays, on a pas le temps de se pencher sur des sujets comme ça, et le tout est un peu tombé aux oubliettes.

Pire encore, pas si loin de cette période, la soi-disant découverte de gênes à caractère. Comparé par Schwartz avec l'exemple de l'homosexualité, il lui semblait aberrant que le fait d'avoir des gênes à tendance irréversible soient conçus en nous. Personne ne naît schizophrène, on est bien d'accord, ça marche aussi pour d'autres particularités, dont l'obésité.









Fût une période aussi, chez les Chrétiens, manger à outrance était ostentatoire. Il ne faut pas oublier que l'un des 7 péchés capitaux est la gloutonnerie. Priver un enfant de dessert voire de manger tout court était monnaie courante jusqu'à ce que le pardon soit prononcé et que cela lui serve de leçon. Manger avec parcimonie nous rapprochait de la perfection et donc, de Dieu.

Ceci ne s'applique désormais plus, puisque c'est la consommation de toutes ces grandes marques et la manipulation visuelle avec Photoshoupi qui gère cette envie de légèreté du corps. On se fait berner comme des idiotes et ce depuis un demi siècle. On a envie de ressembler à ce qui est retouché pendant des heures, qui n'existe que sur une table d'opération, pour finir comme Michael Jackson. (R.I.P)


Mais pourquoi diantre la minceur sur un piédestal ? Parce qu'il est beaucoup plus compliqué de l'obtenir. On a rarement vu quelqu'un fanfaronner avec ses nouveaux kilos bien installés dans les fesses. Si être mince voire maigre était chose facile et bien établie pour tout le monde, et s'il était difficile de grossir, le canon de beauté serait inversé et nous aurions tendance à nous empiffrer pour gagner quelques grammes. Comme il y a quelques siècles via les tableaux que je vous ai montrés : Quand on est paysan, qu'on travaille 12h par jour, qu'on est bronzé et maigre comme un coucou, on ne peut qu'admirer la haute société qui est à son opposé. L'être humain n'est jamais satisfait, et une "élite" sortira toujours du lot.







En parlant mode, on ne va pas cacher que les canons de beauté, égéries de grandes marques, dont on nous farcit le crâne ne sont pas en reste de nous rappeler que la taille de guêpe est de rigueur. Agbani Darego, sacrée Miss Monde en 2001, a créé un énorme buzz et a propulsé le Nigeria en première place de recrutement des nouvelles modèles. Seulement la population native du pays n'y croyait pas une seconde, les critères dits "de l'ouest" avaient une formalisation de la beauté bien trop à part pour eux, et certains ne la trouvaient même pas belle car pour eux elle était (je cite) : "white girl in a black skin.". Depuis cette envolée des modèles métisses ou noires, beaucoup de jeunes africaines prônent la maigreur, au grand dépit des aînés qui se rappellent bien que l'histoire du continent prône les formes généreuses.

La mode n'est pas simplement une dictature des ideaux féminins, c'est aussi un reflet de la société.




Le fait d'avoir défini des tailles de vêtement, médium, small, large, nous force à ressembler à des brindilles. Être dans du large fait de suite culpabiliser une femme, et elle ne se sentira pas belle. Attention ce que je dis marche pour les moeurs et l'effet de masse, si vous vous sentez bien dans un large, et bien tant mieux ! Néanmoins la mode reste fixée sur la jeunesse, et on ne compte plus de nombre de femmes mûres qui vont faire des régimes pour essayer de rentrer dans des fringues d'adolescentes.


Le poids n'est pas le seul critère a différer avec le pays, pour information et exemple, en Papouasie Nouvelle-Guinée la poitrine qui tombe est admirée. Dans l'ouest, la mamie sur la plage avec les ploplos qu'elle pourrait presque se mettre en écharpe, est brimée.
Les rikishis japonais, pratiquants du sport de lutte Sumo (oui, un sumo n'est pas un sumo, je ne le savais pas non plus, c'est un rikishi, en occident on confond tout, seulement le sport en lui-même est appelé Sumo !) font environ 150 kg. Ce sport a été mentionné dans des écrits pour la première fois au VIIIe siècle, et les rikishis sont toujours admirés et vénérés par la population.











Mais revenons à nos histoires de femme et de mode...

Dans les années 1920, la mode prenait un aspect 'boyish' et les corsets sont rapidement tombés. Je vous conseille fortement de voir le film Coco avant Chanel avec Audrey Tautou pour une explication visuelle assez exceptionnelle. La "Flapper dress" de ces années là ne rend que mieux sur les gens minces, alors on aplatit les poitrines en plus de perdre quelques kilos...
















Dans les années 50, c'est le retour des formes, des pin-ups, pourtant très vite effacé par l'arrivée du bikini  dans les années 60, qui dicte encore de nos jours le poids de rêve à arborer à la plage. Le bronzage devient populaire. Et c'est dans cette lancée que dans les années 80 l'image de la femme bien musclée et sportive s'installe. Je n'ai pas besoin de vous préciser l'importance de Pamela Anderson dans son petit petit petit maillot rouge où déborde une plastique qui est la seule chose qui lui reste aujourd'hui.

Le retour des formes dans les fifties' peut aussi s'expliquer que pendant la guerre, les femmes devaient aussi aider et travaillaient souvent dans les usines. De là est née le personnage de Rosie the Riveter, son modèle était Geraldine Hoff Doyle qui à 19 ans travaillait à la construction des boeings. Après avoir bossé comme des hommes jusqu'à la fin de la guerre, forcément l'envie des femmes ne pouvait aller que vers le retour aux sources : grandes robes, taille fine, mais ! jolies courbes toutefois.










Chaque été je surprends plusieurs amies à parler de régime alors que je les trouve parfaitement bien. Chaque printemps dans les bureaux de tabac c'est l'anticipation de tous les magazines féminin devant l'été qui pointe le bout de son nez : il faut rentrer dans son maillot de l'année précédente. Chaque fille qui passera ici ne pourra pas nier qu'elle a déjà surveillé son alimentation au moins une fois dans sa vie, parce qu'on nous rend malade avec des bêtises plus GROSSES que le sujet même qui s'appelle MINCEUR.

Alors j'aimerais vous rassurer. Oui, là, tout le blabla précédent c'était historique, c'est bon à savoir, mais j'aimerais vous faire réfléchir sur la culpabilité et le moi-idéal que nous nous figurons tous, dans un petit espace de notre crâne.

Car dernièrement j'ai pris 5 kilos, et ça a cogité, le petit vélo dans ma tête. J'ai, jusqu'à mes 20 ans, gardé un poids honorable et toujours en dessous de 50 kg. Je faisais énormément de sport, j'étais active et je mangeais les bons p'tits plats équilibrés de maman. Puis il y a eu l'appartement toute seule, les jours de flemmardise en matière de cuisine et les repas décalés. Le paquet de 1 kg de Chocapics que tu vois disparaître en 3 jours (Ceci n'est pas une blague. Et j'en ai éliminé un deuxième aussi gros dans la même semaine.). Bizarrement au début, ton corps est encore dans la même lancée, je ne prenais pas un gramme. Cependant, un jour, fallait que ça tombe, la petite robe parfaite que tu mets pour sortir semble plus étroite. Je n'ai pas de balance chez moi, j'attends de rentrer à la maison parentale pour vérifier le verdict. La sentence fait très mal.






5 putains (pardon pardon maman, je sais que tu n'aimes pas quand je le dis.) de kilos en trop.
Pas trois ni quatre, CINQ.


Et je fus partager entre deux idées : celle de me cantonner à ces images fluettes de bombasses plates comme des planches à pain qu'on voit sur toutes les affiches, ou de laisser ça... ce truc, cette nouveauté qui me tombait dessus comme ça et d'avoir enfin une vraie taille de pin-up. (et optionnellement de dire au revoir à cette petite robe noire, mais bon.)

Nous nous sommes mis en tête que nous ne serions aimées et acceptées que si nous restions dans les conventions de notre siècle... Et j'ai envie une nouvelle fois de vous partager plein plein de photos. Pour vous montrer que Marilyn et son 42 n'en avait cure de se montrer à la plage. S'accepter avec 3 kilos en moins ou 10 kg en trop. Se dire que ce n'est pas grave, ne pas se pourrir la vie. Profiter tant qu'on se sent vivant et en bonne santé. Changer les codes qu'on nous fait avaler depuis un siècle avant qu'une tempête ne se déclenche et qu'on s'envole tous tellement on sera fins comme du papier à cigarette !













































Bien entendu, l'obésité reste toujours quelque chose à surveiller, je ne préconise pas de prendre du poids, j'aimerais juste que celles qui ont déjà un ratio poids-taille normal comme moi même arrêtent de se plaindre quand elles ont pris 1 pauvre petit kilo alors que quelque part dans le monde une américaine va essayer d'en perdre 40. J'aimerais aussi que les gens arrêtent d'avoir le mot Anorexie à la bouche alors que certaines personnes n'arrivent pas à prendre du poids, et que c'est une maladie psychologique plus complexe que le fait de vouloir toujours être plus mince. Quand t'es enrobé on te sort que t'es grosse et quand tu arrives à ton but on te traite d'anorexique. On ne sera jamais assez bien pour les autres, vivez pour vous, avec le poids que vous voulez.









Si ce genre d'aventure appelée en Amérique "from fat to fit" vous intéresse, vous pouvez trouver plein de témoignages sur Youtube. En voici un qui m'a beaucoup touchée. D'autres exemples ici.


la très rétro et jolie Big-or-not-to-big.






Références. Document word, dissertation sur la mode et la minceur. - début d'essai citant Schwartz - Fat History sur Google Books - Globalization of beauty - Ageing and the pursuit of slimness. - Essais de Schwartz ici. - Rosie the Riveter. -

21 commentaires:

  1. Hello,

    Ton article (tout comme le précédent) est bien écrit et certains de tes commentaires me faisant sourire. Petite question pourquoi avoir choisi ces thèmes la ? Bien sur ce sont des thèmes qui te touche (sinon t'en aurait pas fait des articles) mais y'a un déclencheur particulier (un truc qui ta énervée à fond) ou c'était un truc qui t'avais prévu ? Je pose la question par curiosité car j'ai l’impression en te lisant que ça te tenais à cœur d'écrire ça. Si tu sens que ma question est mal placée ne te sens pas obligée de répondre ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut !

      Merci beaucoup, pour ce qui est des thèmes je pense que ce sont des thèmes typiquement féminins, comme l'apparence est devenue presque omniprésente de nos jours et que les jeunes sont gavés par des trucs débiles comme la télé réalité, moi ça me désole et fallait que les mots sortent. Aussi c'est un peu de l'auto-thérapie, pour me convaincre il faut que je puisse poser des images et des explications rationnelles, l'article semblait bon pour exposer mon point de vue à mon inconscient tout comme aux autres. Parce que mine de rien les 5 kg j'en ai chié un sablier à tous mes proches, j'étais à la limite de la maigreur fût un temps, là de voir des femmes aux morphologies différentes lire mon blabla me conforte dans mon idée que j'ai de la beauté : je veux bel et bien être plus pin-up que modèle minceur x)

      Supprimer
  2. Hello :)
    Je commente pas souvent mais je voulais juste te féliciter pour tes articles, toujours très bien faits, documentés et argumentés. Je t'admire pour le travail que tu fournis et sache que je les lis tous ! J'aime aussi beaucoup ce que tu dessines. Bref, continue comme ça :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci beaucoup Artémis, je pensais que les gens seraient barbés par les articles trop longs, je crois que je me suis définitivement trompée ! A bientôt !

      Supprimer
  3. Perso j'ai presque 10kg en trop. Et la grosse majorité du temps j'en ai rien à foutre. Des fois j'avoue ça me saoule et je me dis aller demain je commence à faire gaffe (ce que je fais jamais au final). J'ai toujours été gourmande et quand je me suis retrouvée seule en appart ça a pas aidé. Puis la pilule en a rajouté une petite couche. Et au final j'ai du ventre, des bonnes hanches, etc. Mais bon comme je le disais je le vis assez bien et mon chéri (qui est même pourtant plus mince que moi) s'en fiche complètement alors pourquoi se prendre la tête ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En voilà une bonne façon de penser ^^ Je suis exactement comme toi, très gourmande, et la vie est tellement courte ; En restant dans la limite du "bon pour la santé", j'ai envie de me faire plaisir, merde !
      Et puis comme tu dis les hommes n'ont pas tous la même idée de la beauté, heureusement, acceptons de ne pas toutes rentrer dans du 36 !!

      Supprimer
  4. Perso, je n'ai jamais eu trop de souci avec mon poids ou mes formes. En fait, mon seul réel problème, c'est que je suis grasse. Je veux dire, mon poids, ça n'est que de la masse graisseuse, il y a très peu de muscles. Je suis flasque XD
    Du coup, prendre du poids m'arrangerais même, puisque les muscles sont plus lourds que la graisse. Mais bon.

    Sinon, il me faut absolument le même maillot de bain de Marilyn. J'ai la même silhouette, ça serait top !(mais, une fois encore, la même silhouette, mais version grasse XD)(mes jambonneaux de cuisses seraient géniales si elles ne bloblotaient pas quoi XD)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh putain je te rejoins sur ce point. En fait j'ai déjà fait 53 kg il y a quelques années, avec 55cm de tour de cuisse mais... C'était que du muscle ! alors oui putain j'étais souple, mais là depuis 2 ans que je fais rien, je vois la différence au niveau fermeté lol ! Mais comme j'étais jeune et sous cette influence médiatique je me trouvais grosse. Et là au final je m'en fous, comme quoi murir ça aide...

      Alors le maillot Marilyn tu peux en trouver un sur Etsy, regarde, ils sont un peu chers mais de bonne qualité d'après ce que j'ai vu : http://www.etsy.com/fr/shop/RedDollySwimwear?ga_search_query=swimsuit+marilyn&ga_order=most_relevant&ga_view_type=gallery&ga_ship_to=FR&ga_search_type=all&ref=sr_gallery_2

      Et puis tu sais tu es toute jolie donc les cuisses qui bloblottent moi je dis, on s'en fout ^^

      Supprimer
  5. C'est cool de voir un article comme ça, j'ai "10 kg de trop" selon la norme, j'en ai aucun de trop selon moi, j'ai ni plus ni moins ce qu'il me faut, et souvent les autres filles ne comprennent pas mon point de vu. Faudrait que ce genre d'articles apparaissent dans la presse féminine pour que les femmes comprennent qu'elles ne sont pas plus moches si elles ont un bourrelet(décidément faut tout le temps leur dire quoi penser !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah on leur bourre tellement le crâne avec des codes de beauté, de voir une personne leur dire d'un coup "les kilos on s'en fout", ça doit bouleverser plein de questions. Je continue vraiment à penser que la presse y est pour quelque chose. Y'a pas beaucoup de marques promouvant les rondeurs, je me rappelle bien des pubs DOVE pour les femmes rondes, c'était une initiative formidable !

      Supprimer
  6. Ca fait plaisir de lire ça, j'ai "10 kg en trop selon la norme" mais pas selon moi, j'ai ni plus ni moins ce qu'il me faut, les autres filles ont souvent du mal à comprendre mon point de vu. Il devrait y avoir des articles comme ça dans la presse féminine pour qu'elles comprennent que ce n'est pas un bourrelet qui les rendra moches (décidément, faut tout le temps leur dire quoi penser !)

    RépondreSupprimer
  7. J'approuve à 4000% ce genre d'articles, et suis heureuse de constater qu'il est bien écrit et bien illustré :-). Si nous étions toute sincèrement d'accord avec tes propos, nous arrêterions de nous pourrir la vie et de nous mener une guerre perpétuelle contre..nous-même. Ce serait beau. Adolescente j'ai eu beaucoup de troubles du comportement alimentaires, aujourd'hui je m'apprête à devenir maman et j'ai l'impression que la petite crevette dans mon ventre change mon regard sur mon corps à tout jamais. J'ai pris beaucoup de kilos, mais j'en suis très heureuse, et je ne compte pas redescendre aussi bas qu'avant ma grossesse.

    Bises

    http://celine-daily.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime les articles très visuels, étant en art le blabla sans photo je le supporte assez mal x)
      Et oui, ce serait formidable... Y'a plus qu'à en parler, comme le harcèlement de rue dont j'ai fait un article la semaine dernière. La liberté en société et psychologique de la femme est loin d'être au point !
      Toutes mes félicitations, j'espère que tout se passera bien pour toi et je te souhaite plein de bonheur avec ton futur bébé <3

      Supprimer
  8. Très bon article, que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire. J'aime aussi beaucoup ta sélection de photos !Si on commençait déjà à changer notre presse féminine ce serait bien. Même si c'est évidemment illusoire, puisqu'elle n'est qu'un reflet de la société.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Amy =)

      La presse plus la télé; parce qu'en effet... Les bombasses cruches de la télé réalité... J'ai tellement honte des émissions qu'on diffuse en France.

      Supprimer
  9. Bonjour,

    Alors là vraiment je te dis chapeau, j'ai trouvé cet article vraiment bon. Tu devrais aussi te pencher sur l'évolution des canons masculins qui semblent tout aussi intéréssant: de l'homme androgyne à l'homme musclé, de l'homme poilu à l'homme imberbe... Je serais vraiment enchanté de voir ce que cela pourrait donner sous ta plume : )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      Ciel, un autre homme ici, quel choc ! xD
      Je note cette idée que je trouve super intéressante, j'avais déjà survolé le sujet en cours en amphi de socio, ce serait bon de l'approfondir à ma manière... Merci !

      Supprimer
  10. Comme l'ont déjà dit les autres, je trouve tes articles très bien construits, tellement argumentés et documentés qu'on ne peut quasiment rien trouver à opposer, et tellement bien illustrés et formulés que c'est un réel plaisir de lire tout ce que tu publies. Chapeau et continue comme ça ! :)
    De plus sur le fond de l'article, j'aime beaucoup ce que tu dis. J'ajouterais qu'il faut que ça soit valable pour les filles trop maigres également. Mon père m'a souvent répété que je ne suis qu'un moche sac d'os alors que j'aime être ainsi, je me sens mieux dans ma peau...mais là n'est pas le sujet. Pour conclure je dirais que la beauté est d'une subjective, et de deux elle dépend de plein d'autres facteurs que de la taille. :)

    RépondreSupprimer
  11. J'adore ton article.
    C'est un véritable dossier qui traite une question de fond, une question qui nous touche toutes. Que l'on soit ronde, filiforme. Je crois que nous acceptions ce corps qui est notre et surtout si nous lui faisions un peu plus confiance, on se sentirait mieux. Evidemment, la société ne nous aide pas beaucoup dans cette démarche et c'est là que réside le vrai danger ( anorexie, boulimie, pro-ana ).

    Nous sommes des femmes peu importe notre taille de pantalon ou de soutien-gorge. Etre belle, c'est se sentir bien et épanouie.

    RépondreSupprimer
  12. très intéressant cet article ! agréable à lire et très bien écrit! :)
    et malgré le culte des magazines ou autre à vouloir qu'on soit toute squelettique la réalité c'est que les femmes avec des rondeurs restent plus apprécié!

    http://takeitandwearit.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
  13. Article super intéressant ^^ Le poids, j'en ai pas eu grand chose à faire pendant toute mon adolescence, et là, en grandissant, je me pose des questions et tout (merci un médecin qui m'a sorti que j'étais obèse avec une taille 48) Il s'avère que oui, dans les canons de beauté actuelle, je suis obèse. En général, je me dis "allez, go, faut que je perde une petite quinzaine de kilos quand même" et puis en général ça finit en "rho, la flemme"). Cela dit, ça commence à aller un peu mieux depuis que je marche plus et que j'essaye de me tenir à la natation une fois par semaine ^^ Je veux pas mettre du 36 non plus quoi, honnêtement, les femmes maigres, bah... je trouve pas ça super esthétique, mais à côté de ça, être trop en surpoids a aussi ses inconvénients (mes articulations grimacent un peu, comme qui dirait U_U)

    Au final, tout est une question d'équilibre ^^ (n'empêche que si un jour j'arrive à revenir à du 44 ou 46, je cracherai pas dessus quand même, cela dit j'ai pas envie de faire un régime super radical et de ne plus me reconnaître dans une glace après quoi =)

    RépondreSupprimer

Moi j'aime les petits mots ! ♥ Merci à ceux qui en laissent, ça fait plaisir !