28 octobre 2014

Tutorial dessin spécial Art Nouveau - Karaba la Sorcière

Hello le peuple !

Bon, ça a été demandé, demandé, rededededemandé, alors du coup je cède. Il y a aura d'autres tutos qui seront disponibles dans l'artbook spécial Art Nouveau quand il sortira, c'est à dire quand j'aurais le budget. Les cartes postales devaient m'en financer une partie, mais vu que personne n'a voulu m'en acheter et bah ce sera pour plus tard, pour le moment je vous donne une mise en bouche avec celui-ci.

En espérant qu'il vous sera utile, voilà les backstages d'une de mes plus grosses illustrations, réalisée en format A3 - 42 x 29,7 cm. Enjoy !

Et n'oubliez pas qu'il y a une loterie sur ma page Facebook Cam-miyu auquelle vous pouvez participer, go go go go go !


 



Alors, en premier lieu, je fais des recherches d'images. Genre plein plein plein de recherches d'images. Généralement je trouve mon bonheur sur Getty Images. Okay, maintenant ils laissent leur watermark tout pourri même quand on est inscrit et si on ne les achète pas, mais la taille est convenable et assez grande pour faire un croquis potable. Je cherche souvent des types de visages particuliers pour faire au plus réaliste possible et pouvoir détailler sans me prendre la tête. Ici, je n'ai pas retrouvé mes références, j'ai tout mélangé dans mes dossiers c'est le live complet donc vous aurez juste les étapes préparatoires.

Très important dans le cadre de l'art nouveau, je garde un onglet Google ouvert avec les travaux d'Alfons Mucha. Manière de ne pas m'écarter du sujet et de faire des écarts stylistiques bidons. Je garde ses images en permanence sous les yeux, notamment pour la couleur parce que sinon je fais de la grosse merde puisque je travaille tout à la main. L'erreur n'est pas permise.

Quand je dois interpréter un personnage de film, dessin animé comme ci-contre, même chose, je garde / enregistre / bouffe des photos en masse concernant le sujet.







Je réalise une silhouette grossière d'abord, puis si la dynamique me plaît je commence à ornementer et détailler. Une fois que j'ai fait ça, à ce moment là je réfléchis à la dynamique du fond. Parfois mon personnage n'est pas centré dans la feuille et il est un petit peu décalé, d'où l'importance de retracer le centre vertical de haut en bas de ma feuille, pour pouvoir plus facilement réaliser mes formes géométriques.

Les peaux claires sont peu détaillées dans les travaux de Mucha, sauf pour des illustrations à fort contrastes comme la série l'étoile du matin, l'étoile du soir, l'étoile polaire ou la lune et les étoiles. Ici, c'est une peau brune, donc j'ai préféré détailler ma peau d'avance pour me donner un aperçu pour la suite.





Hop, un petit gros plan.






De là parfois je détaille encore un peu et une fois que tout est opérationnel, j'encre. Pour tout ce qui est du matériel, j'ai déjà fait un article qui est sur le blog ici, où vous trouverez toute la liste de ce que j'utilise, feutres, crayons et compagnie.

Bien souvent, le fond reste un peu fouillis, j'encre parfois les trois quarts de mon perso voire son entièreté complète, et je reviens crayonner les plantes ou les motifs géométriques avant de les encrer.

Pour les drapés je n'ai pas de technique particulière, je fais vraiment au feeling, j'adore cette étape du line... <3






On épaissit la silhouette. Je le fais globalement un peu à l'arrache parce qu'une fois la colo terminée de chez terminée, je repasse encore un coup dessus avec un gros feutre alcool marron foncé.

A cette étape, une autre peut optionnellement se rajouter. Je la conseille fortement si vous travaillez vous aussi en traditionnel, pour ne pas se retrouver avec des couleurs toutes foireuses. Je n'ai pas faite cette étape pour ce dessin, mais voici de quoi observer ce que ça peut donner sur une autre illustration, celle de Belle de la Belle et la Bête.







Je scanne mon lineart tout frais, voire si j'ai la flemme je le prends grossièrement en photo. Puis je mets des couleurs de manière ultra rapide via Gimp, pour voir grosso modo les harmonies et quels feutres je vais utiliser. D'où l'importance de garder des travaux de Mucha sous le nez, pour comparer les gammes de couleurs utilisées. Je fais au plus rapide, mais je dissocie quand même mes couleurs sur des calques, pour pouvoir tester des alternatives de teintes et saturation, ainsi que l'intégration d'un effet vieux papier.

Une étape qui vous donne déjà donc une bonne base à avoir sous le nez quand vous commencez votre colo.









Une fois mon lineart terminé, et ma colo ditale sous le coude, je peux passer à ma colo manuelle / traditionnelle. Ici, j'avais déjà une idée bien précise des couleurs que je voulais utiliser, qui sont celles de la dernière scène dans Kirikou, où le petit bonhomme lui arrache l'épine du dos et tout refleuri autour d'eux dans la forêt. D'où mon choix de ne pas faire cette étape alternative.


Autre astuce, c'est de commencer par ce qui est logique. Karaba, j'vais pas la colorier en verte, la pauvre madame. Généralement je commence à 90% du temps par la peau, ça me détend, c'est agréable à travailler.

Ma base est faite avec du feutre alcool, donc ici un marron un peu foncé mais pas trop soutenu non plus. Pour une peau claire je prends un beige crème vraiment très clair.



Une fois ma base au feutre sèche, j'utilise des crayons de couleur pour foncer progressivement la peau et obtenir un rendu lisse et fondu.

Ici, pour une peau matte, j'ai foncé la peau avec un marron très foncé et surtout beaucoup de noir appliqué très très doucement par couches successives. L'étape supplémentaire qui enlumine le rendu final sur les peaux mates consiste à appliquer du crayon de couleur blanc sur les zones de lumière pour faire une jolie finition.

Sur une peau claire, les étapes d'ombrages suffisent. J'utilise dans ce cas un crayon sépia et un marron foncé qui suffisent largement à foncer la peau.









 Partie de gauche terminée,
bras en cours de réalisation.






Et pour le reste, une fois que la peau est finie, j'utilise du feutre alcool en masse ! Ici pour les bijoux, j'ai utilisé 3 teintes de jaune différentes pour foncer et donner un aspect brillant.






Mais il faut parfois plus de feutres pour obtenir un beau dégradé et de plus jolies finitions. Le 0, colorless blender, est un feutre sans couleur dedans. Il permet de fondre deux couleurs l'une avec l'autre avec plus de facilité, ou d'enlever de la couleur. C'est très pratique sur des gros bijoux pour rajouter la touche de lumière à la fin, sur une pierre précieuse par exemple. Sur le rouage d'un autre dessin par exemple ici à gauche, je peux facilement enlever de la couleur sur une forme complexe.

Le gros soucis des feutres alcool, c'est qu'il faut être rapide. L'alcool dans le cas contraire, s'évapore et les couleurs se mélangent très très mal. Aussi il faut acquérir un minimum de technique avec des petits dessins et petites zones sans trop de détails avant de se lancer avec des grosses zones car là si tu te bouges pas le cul, tu peux dire adieu à un effet lisse !







Je commence mon contour de cadre couleur également, avec un autre bleu pour ne pas rester dans les mêmes tons et aplatir mon dessin.






J'ai toutefois préféré éliminer les motifs d'origines sur le pagne, pour mieux contraster avec la rosace de fond. Trop de motif tue le motif, il faut parfois alterner et choisir la meilleure possibilité. Il m'arrive à cause de cette règle de me foirer royalement, et quand ça arrive, on se demande bien "mais pourquoi n'ai-je pas fait comme ceci ou cela ...?" Ah bah. Trop tard. Try again ma vieille.







Quand mon personnage est terminé, avant de faire les rosaces, mosaïques, et autres petites fioritures qui me prennent beaucoup de temps, je m'attaque à la couleur de fond. Ici, j'ai choisi de la faire à l'aquarelle.

Aussi, comme je me connais, j'ai toujours le chic de commencer une illustration sur un papier bidon à épaisseur trop fine et pas du tout adaptée à l'aquarelle, je pars toujours pour faire un croquis et au final me voilà en train de colorier le machin, breeeef. Toujours est-il que comme c'est du papier pas adapté, je scotche mon support, parce que sinon le papier va gondoler et en séchant se rétracter et me faire des ondulations impossibles à scanner.

Autre solution, s'il a quand même un peu gondolé malgré tout, UNE FOIS COMPLÈTEMENT TERMINÉvous pourrez le coller à l'aide d'une bombe de colle sur un support plus épais. Pour celui-ci, je l'ai collé sur du carton gris qu'on trouve dans tous les magasins d'arts et loisirs. Le carton plume donne une très belle finition également, mais le prix n'est pas le même.


Penser à bien toujours rechercher un dégradé en plaçant votre aquarelle. Les travaux de Mucha sont généralement plus "légers" en couleur en allant vers le bas, sauf certaines exceptions, mais que ce soit du plus foncé au plus clair ou inversement, il faut qu'il y ait une certaine continuité, un beau dégradé !








J'ai passé mon aquarelle, qui a séché, et comme souvent je remarque que ma silhouette, mon personnage, a des couleurs beaucoup trop marquées à certains endroits. Je décide donc d'utiliser de l'encre blanche pour diluer mes couleurs, les adoucir, en plus des traits du lineart à l'intérieur de mes drapés. Je trouve souvent le fondu des drapés plus doux après un petit passage à l'encre blanche.

Bon à savoir aussi, je dilue un peu d'encre dans de l'eau, mais pas trop parce qu'en séchant l'encre blanche devient un peu plus transparente. Donc au début on a l'impression de passer un putain de blanco trop marqué, trop épais, et au final quand ça sèche ça s'estompe beaucoup et on doit y passer une deuxième couche.

Donc testez bien votre matériel sur une feuille à part avant de faire ça "pour de vrai" sur votre beau dessin !







Photo de merde, sorry.






Ici vous pouvez clairement constater dans les fleurs l'effet du blanc. On voit encore les couleurs, on voit encore le lineart, mais les deux sont bien estompés et permettent de faire ressortir Karaba en avant plan.







Et après une fois que tout ça est fini, je reprends les mêmes gammes de couleur (brun et or, bleu et bleu-vert du coup.) pour remplir mes mosaïques.








 


Et voilà ce que ça donne en version finale, bien scannée !










Et bien souvent, quand je refuse de faire un fond aquarelle à l'extérieur, je rajoute une texture via informatique. Ca m'évite beaucoup de conneries ou de papier qui gondole, et donc de m'arracher des cheveux...











Voilà, voilà, j'espère que ce tuto vous a plu, n'hésitez pas à poser des questions si je n'ai pas été claire sur certains points ! En espérant qu'il vous sera utile et que les prochains disponibles dans l'artbook le seront tout autant !


 



8 commentaires:

  1. C'est impressionnant tout ce travail ! J'ai appris pas mal de choses auxquelles j'avais jamais pensé et qu'énervaient pas mal, merci beaucoup ! Ton article est vraiment très intéressant !

    RépondreSupprimer
  2. Quel travail de dingue! Et c'est tellement beau! Merci de nous faire partager tout ça!

    RépondreSupprimer
  3. Bravo, vraiment bravo ! Ton travail est remarquable, et j'apprécie vraiment de découvrir les différentes étapes, ça permet de réaliser à quel point tu te donnes à fond dans ce que tu fais.

    Chapeau également pour tout le reste, je fais partie de ceux qui lisent mais ne postent pas (bouhhhh !!!!), mais qui suivent mine de rien ton parcours qui commence à être drôlement joli ! :)
    (il y a du changement depuis Tattoorama ! ;)

    En bref, continue de faire du super boulot, et qui sait, on se verra peut-être un jour dans un salon de tatouage ? ;)

    Bise !

    RépondreSupprimer
  4. Excellent ! Merci pour toutes ces explications et ces astuces =D

    RépondreSupprimer
  5. Un travail de longue haleine, vraiment magnifique, bravo !

    RépondreSupprimer
  6. Géniale !! Déjà c'est très beau et l’article est ultra intéressent !!

    RépondreSupprimer
  7. Magnifique, on sent toute la fierté, dans les traits, la posture, bravo!

    RépondreSupprimer
  8. C'est super hallucinant *-* je vénère totalement le boulot que tu fais! t"as un super coup de crayon, et tes colos sont magnifiques! GG!

    RépondreSupprimer

Moi j'aime les petits mots ! ♥ Merci à ceux qui en laissent, ça fait plaisir !